TÉMOIGNAGE Recouvert de tatouages je suis désormais méconnaissable

Sa métamorphose, Tristan Weigelt la peaufine depuis cinq ans. Cinq ans à passer sous les aiguilles, non pas des chirurgiens, mais des tatoueurs afin d’encrer la quasi-totalité de son corps. Au point de le rendre aujourd’hui méconnaissable. S’attendait-il à aller aussi loin en débutant les tatouages ? A 25 ans seulement, Tristan Weigelt est devenu en […]

TÉMOIGNAGE  Recouvert de tatouages je suis désormais méconnaissable

Sa métamorphose, Tristan Weigelt la peaufine depuis cinq ans. Cinq ans à passer sous les aiguilles, non pas des chirurgiens, mais des tatoueurs afin d’encrer la quasi-totalité de son corps. Au point de le rendre aujourd’hui méconnaissable.

S’attendait-il à aller aussi loin en débutant les tatouages ? A 25 ans seulement, Tristan Weigelt est devenu en l’espace de quelques années, parfaitement méconnaissables. Passionné par l’univers du tatouage, lui-même apprenti tatoueur, son changement d’apparence a nécessité de nombreuses heures de travail.

Sur son compte Instagram, le jeune homme a publié d’anciennes photographies permettant d’établir la comparaison avant / après sur lesquelles il parait impossible de le reconnaitre. Du visage aux pieds, l’homme a recouvert plus de 95% de son corps avec les encrages…

Un changement radical

Natif des États-Unis, celui qui vit maintenant à Copenhague est devenue une célébrité sur le réseau social en publiant régulièrement des photos de ses modifications corporelles. « Beaucoup de gens regardent et sont assez fascinés. Mes amis disent maintenant que c’est presque comme se promener avec une célébrité » racontait-il au journal anglais Daily Star. En l’espace de cinq ans, Tristan est passé d’un jeune homme lambda en une personne radicalement différente. Pour modifier son corps si intensément, Tristan a dépensé plus de 48 000 euros et a consacré plus de 260 heures à des séances d’encrages. Fanatique de cet univers, seules ses paumes, ses parties intimes, le bas de ses pieds et ses oreilles sont encore « nues ». « C’est un peu bizarre de me voir sans tous les tatouages » confiait-il « Mais curieusement, je ressens toujours exactement la même chose qu’avant à l’intérieur de moi ».

Une signification personnelle

Parmi ces multiples tatouages, Tristan reconnait avoir particulièrement souffert lors des séances de travail sur son visage « Il s’agissait de six séances d’une journée complète prenant entre cinq et six heures. La douleur était probablement de 8 sur 10. C’était comme être gratté avec une brosse métallique » s’est-il souvenu. Si les tatouages du jeune homme n’ont pas de sens caché, il s’est néanmoins inspiré de dessins japonais « A tout ceux qui envisagent de se faire tatouer, faites-vous tatouer le dessin que vous aimez » préconisait-il, ajoutant « Obtenez ce que vous aimez et qui a du sens pour vous. Je vois tellement de gens inquiets qu’un certain tatouage leur convienne ou que ce ne soit pas leur style. Si vous l’aimez, faites-le ». De sages conseils à tous ceux qui veulent tenter l’expérience.

©
©
©
©
©
©