TÉMOIGNAGE À 20 ans je souhaite me faire euthanasier à cause de mes douleurs chroniques

Eric Coulam a pris une décision déchirante. Épuisé de vivre avec ses douleurs chroniques, le jeune homme de 20 ans a fait le choix de mettre fin à ses jours avec l'aide d'une assistance médicale.

TÉMOIGNAGE  À 20 ans je souhaite me faire euthanasier à cause de mes douleurs chroniques

La santé d'Eric Coulam a subitement décliné en 2013, l'année où sa mère s'est suicidée. Le jeune homme, originaire de Colombie-Britannique au Canada, a alors commencé à avoir des maux de ventre. Comme certains aliments lui donnaient la nausée un jour et ne l'affectaient plus le lendemain, il a consulté un médecin. Malheureusement, la situation a empiré jusqu'à la rupture de son estomac. Le liquide contenu dans son intestin est entré dans son système sanguin, lui provoquant une septicémie. Le Canadien est tombé dans le coma pendant environ deux semaines. Il a ensuite enchaîné les séjours à l'hôpital pour une pancréatite, des infections au foie et aux reins ainsi que la perte de son intestin grêle.

Eric est désormais atteint de violentes douleurs chroniques. Selon les médecins, il lui faudrait une greffe de six organes pour s'en sortir. Toutefois, ses chances de survie ne s'élèveraient qu'à 50%. Complètement épuisé, le jeune homme a décidé de mettre fin à ses jours avec une assistance médicale. Au Canada, l'aide médicale à mourir est devenue légale en 2016. Seules les personnes majeures peuvent en bénéficier. Ces dernières doivent également souffrir d'une maladie ou d'un handicap grave et incurable. "Il y aura une fin à cette souffrance. Je souffre toute la journée. Je suis enfermé entre quatre murs depuis trop longtemps et j'en ai juste assez" a-t-il confié à CJDC-TV.

Des douleurs chroniques insoutenables

Le 21 mai dernier, Eric a annoncé son choix à ses proches lors d'un barbecue organisé chez son père. "J'y ai beaucoup pensé. J'ignorais ma famille parce que j'étais au fond du gouffre. Je savais que c'était ce que j'avais envie de faire" a-t-il ainsi déclaré. Si le jeune homme n'a pas encore choisi une date, il est soulagé de pouvoir prendre cette décision lui-même : "Cela n'arrivera pas quand je serais au bout du rouleau ou qu'ils auront arrêté mon traitement. Cela arrivera quand je serais prêt. Parfois, je reste allongé là la nuit, et je suis triste. Mais la plupart du temps, j'attends ce jour car je souffre beaucoup trop." En attendant, son entourage a lancé une page GoFundMe pour l'aider à réaliser ses rêves avant qu'il ne fasse ses adieux.

©
©
©
©
©
©