Raquel Garrido accusée “d'esclavage moderne” : en “état de choc”, elle sort du silence 

Invitée sur le plateau de Touche pas à mon poste, le jeudi 23 juin, Raquel Garrido est revenue sur les accusations à son encontre portées par Le Point. La députée a tenu à briser le silence et évoque son état d'épuisement.

Raquel Garrido accusée “d'esclavage moderne” : en “état de choc”, elle sort du silence 

La fête a été de courte durée. Alors que Raquel Garrido et Alexis Corbière célébraient leur victoire respective lors des législatives, voilà qu'un article accablant publié par Le Point fait polémique le 21 juin dernier. En effet, le couple est mis en cause dans une affaire grave : "Raquel Garrido et Alexis Corbière, députés de la France insoumise, emploient une femme de ménage sans titre de séjour depuis un an", titrent nos confrères. Dans le sujet, les lecteurs découvrent alors que les deux députés auraient promis des papiers à une femme algérienne, arrivée en France en 2008. Les journalistes partagent même des échanges envoyés par SMS qui les incriminent.

Ce jeudi 23 juin, Raquel Garrido a décidé de réagir sur le plateau de Touche pas à mon poste. "Moi je dois dire que je suis en état de choc encore. Je suis en état d'épuisement physique, psychologique qui est avancé. Je ne souhaite même à mon pire ennemi de vivre ce que l'on vient de vivre sur 24 heures", tient-elle à préciser, visiblement épuisée. Elle revient alors sur la façon dont elle a appris ces accusations : "Hier après-midi, j'étais en réunion de groupe à l'Assemblée nationale, première réunion de groupe avec tous les élus Insoumis et à un moment donné à 15h je vois l'info tomber sur les réseaux. Et là, je lis... Je n'en revenais pas".

Le Point retire son article et présente ses excuses

Raquel Garrido remet par ailleurs en cause une information importante, donnée par Le Point : "Une personne, sans papiers, d'origine algérienne aurait promené mon enfant, aurait été interpellée par la police avec mon enfant. Et je me disais : 'Mais c'est quoi ça ? Ca n'existe pas'. Si quelqu'un est interpellé avec votre enfant, on vous appelle". La députée a d'ailleurs annoncé qu'elle déposait plainte contre le journaliste en question. Du côté du Point, l'article a été retiré. Le rédacteur en chef a par ailleurs présenté ses excuses au couple.

Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8
Raquel Garrido © C8