PODCAST. Les destins brisés : retour sur la vie de Jules Bianchi

PODCAST. Closer revient sur les personnalités publiques qui ont connu des destins tragiques. Paul Walker, Prince, Jules Bianchi... Redécouvrez leurs histoires de vies tumultueuses dans notre podcast Les destins brisés.

PODCAST. Les destins brisés : retour sur la vie de Jules Bianchi

Petit prince de l'automobile, Jules Bianchi avait tout pour devenir un champion de Formule 1. Fauché par la mort à 25 ans à peine, alors qu'il touchait son rêve du bout des doigts, sa carrière reste une véritable source d'inspiration pour les plus jeunes... À 3 ans et demi seulement, le tout jeune Jules Bianchi monte pour la première fois dans un karting.. Il faut dire que son père est d'ailleurs propriétaire d'un circuit, et que dans sa famille, le sport automobile, c'est une véritable religion. L'enfant ne fait pas exception. Passionné, il montre rapidement des facilités à la conduite, et dès 10 ans, il participe à ses premières compétitions.

Deux ans plus tard, il est sacré champion de France et vice-champion d'Europe junior. Mais sa passion lui prend de plus en plus de temps, et il doit choisir : l'automobile ou la scolarité... Après sa troisième, il décide de dire ses adieux à l'école afin de ne se consacrer qu'au karting. Ce choix paie : il remporte la deuxième place de la Coupe du monde en 2006 et travaille désormais main dans la main avec un manager. Repéré par des écuries, il fait ses débuts en Formule 3 avec l'espoir d'évoluer encore... C'est lors de ces compétitions que les futurs conducteurs de Formule 1 sont sélectionnés...

Mais la route est encore longue, la concurrence est féroce et Jules n'a que 18 ans. Même s'il conduit et remporte ses premiers titres, son futur est encore loin d'être assuré. Et puis, en 2009, il intègre la Ferrari Driver Academy, destinée à préparer les meilleurs jeunes pilotes à la Formule 1. L'année suivante, il évolue de Formule 3 à en GP2 Séries, une nouvelle catégorie plus proche encore de son but. Pour mettre toutes les chances de son côté, il déménage en Italie, près du centre d'entraînement. Dès sa première course officielle, il décroche un podium, ses débuts sont très prometteurs... Mais tout s'arrête violemment alors qu'il est impliqué dans un carambolage lors d'une course. Il souffre de douleurs au dos et d'une fracture d'une vertèbre. À son retour, un mois plus tard, il ne remporte aucun point.

Jules Bianchi : de quoi est mort le pilote ?

Qu'importe, sa carrière continue et il est désormais engagé comme pilote essayeur pour Ferrari et fait ses premières journées d'essais au volant d'une Formule 1. En 2012, enfin, Jules Bianchi est choisi comme troisième pilote pour Force India. Il fait forte impression lors des essais, et espère une titularisation dans l'équipe l'année suivante... Et oui, car seuls deux pilotes concourent pour l'équipe chaque année.  Finalement, c'est l'écurie russe Marussia F1 team qui le choisit comme conducteur officiel en 2013. Il termine 15e lors de sa première course, une place très honorable compte tenu de la puissance de son véhicule. Le partenariat continue en 2014. La nouvelle saison s'annonce compliquée : lors d'une course en Malaisie, il arrive fiévreux et finit par abandonner la course après 8 tours à cause d'un accrochage.

Quinze jours plus tard, il se rend au Grand Prix du Japon avec l'espoir de prendre sa revanche... Ce sera sa dernière course. Ce jour-là, la pluie est battante. Au 43e tour, Bianchi percute une grue qui dégageait une autre voiture accidentée une boucle plus tôt. L'impact est dévastateur. Inconscient mais en vie, le jeune pilote est transporté en urgence à l'hôpital, où il est opéré d'un hématome au cerveau. Une semaine après, sa famille annonce que ses chances de survies sont très faibles. Pourtant, le mois suivant, Bianchi est transféré à Nice... Mais le 17 juillet 2015, le monde s'écroule à nouveau pour ses proches : Jules Bianchi est déclaré mort.

Quelques jours plus tard, les grands noms de la Formule 1 viennent porter son cercueil lors de la cérémonie religieuse en sa mémoire. Romain Grosjean, Sebastian Vettel ou encore Felipe Massa, ils sont tous là pour un dernier hommage. Pour que l'on se souvienne de son parcours, l'association Jules-Bianchi est créée par ses proches. Si le rêve du jeune pilote était de conduire des Formule 1, celui de sa famille est de faire en sorte qu'on ne l'oublie jamais...

Ecoutez tous nos podcasts © DR