"Malheureusement, y'en a d'autres" : cette petite phrase lourde de sous-entendus de Barbara Pompili

Alors que l'affaire Adrien Quatennens agite depuis quelques jours la vie politique française, les langues semblent se délier peu à peu. Après le député du Nord, d'autres personnalités pourraient également avoir eu un comportement inadapté. C'est ce qu'a, en tout cas, laissé entendre l'ancienne ministre Barbara Pompili au micro de Quotidien ce lundi 3 octobre.

"Malheureusement, y'en a d'autres" : cette petite phrase lourde de sous-entendus de Barbara Pompili

Une petite phrase qui en dit long. Le 18 septembre dernier, Adrien Quatennens a reconnu, par l'intermédiaire d'un communiqué, avoir été violent à l'encontre de son épouse, Céline Quatennens. En instance de divorce avec cette dernière, le député La France Insoumise du Nord, a avoué l'avoir giflé une fois sous le coup de la colère. Suite à cet incident, Céline Quatennens avait décidé de déposer une main courante auprès de la police contre son futur ex-mari.

Mais alors que les deux époux souhaitaient que cette affaire reste privée, elle a finalement été rendu publique, contraignant Adrien Quatennens à se mettre en retrait de la vie politique. Cependant, il n'a pas renoncé à son mandat de député au sein de l'Assemblée nationale. Même si ce lundi 3 octobre, on a appris que Céline Quatennens était retournée au commissariat le 26 septembre dernier, pour porter plainte contre son futur son ex-mari, après avoir déposé une deuxième main courante deux jours plus tôt, selon les informations dévoilées par BFMTV.

Comme l'ont rappelé nos confrères, ce lundi 26 septembre marquait également la journée au cours de laquelle Adrien Quatennens avait été entendu en audition libre. Un moment au cours duquel il avait reconnu avoir donné une gifle à son épouse un an auparavant, lui avoir serré le poignet le 28 août et l'avoir blessée au coude le 2 septembre. On ne sait toutefois pas si Céline Quatennens a déposé plainte avant ou après l'audition de son mari.

La réponse énigmatique de Barbara Pompili

Et depuis ces révélations, la sphère politique a été profondément agitée. C'est ainsi que les équipes de Quotidien se sont rendus dans les couloirs de l'Assemblée nationale pour prendre la température auprès des députés. Les journalistes du talk-show de TMC ont notamment souhaité savoir si Adrien Quatennens était toujours un collègue "comme un autre" depuis sa mise en retrait. "C'est un collègue qui est pris dans une affaire personnelle qui est terrible et qui me fait de la peine. C'est désormais entre les mains de la justice qui va nous dire où ça en est", a par exemple réagi le député LFI de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière. D'autres ont préféré ne pas répondre à la question, comme le député LFI David Guiraud, ou encore la députée écologiste, Sandrine Rousseau.

Mais certains ont également eu des réponses assez étonnantes. C'est par exemple le cas de la députée de la majorité, Barbara Pompili, qui a fait une déclaration lourde de sous-entendus. "Non ce n'est pas un collègue comme les autres. Mais malheureusement il y en a d'autres", a lâché l'ancienne ministre, avant de s'en aller, mais sans divulguer de noms précis. Des propos qui ont aussi beaucoup surpris les équipes de Quotidien. "Alors s'agit-il d'anciens ou d'actuels ? De ministres ou de députés ? On en sait rien et c'est ça qui est le plus troublant", a réagi la journaliste sur le plateau de l'émission. La mystère reste donc entier ... pour l'instant.

Barbara Pompili © TMC
Barbara Pompili © TMC
Barbara Pompili © TMC