Jean-Jacques Bourdin mis à pied : à la demande de la direction, le journaliste se retire de l'antenne

Accusé de tentative d'agression sexuelle, le journaliste Jean-Jacques Bourdin sera provisoirement privé d'antenne à partir de ce dimanche 23 janvier, selon un communiqué d'Altice, groupe auquel appartiennent BFMTV et RMC. 

Jean-Jacques Bourdin mis à pied : à la demande de la direction, le journaliste se retire de l'antenne

Une annonce choc. Quelques jours après l'ouverture d'une enquête pour tentative d'agression sexuelle à l'encontre de Jean-Jacques Bourdin qui remonte à 2013, le journaliste va provisoirement être retiré de l'antenne de BFMTV et RMC. Selon un communiqué officiel du groupe Altice diffusé ce dimanche 23 janvier 2022, auquel appartiennent les deux médias. "Jean-Jacques Bourdin à la demande de la direction se retire temporairement de BFMTV et de RMC. Cette décision a été prise pour ne pas porter préjudice au fonctionnement de BFMTV et de RMC et permettra d'éviter les instrumentalisations politiques et médiatiques".

Les faits remonteraient à 2013. Ils se seraient déroulés dans un hôtel cinq étoiles de Calvi, en Corse. Alors en poste à BFMTV, la jeune journaliste est invitée à l'Open de Calvi, un concours de pétanque, par Alain Weill, le patron de la chaîne. La jeune femme a travaillé "pendant plusieurs années" avec Bourdin sur RMC et entretenait une relation professionnelle conflictuelle. Elle affirme que celui-ci "l'a saisie par le cou et tenté de l'embrasser à plusieurs reprises" dans la piscine de l'hôtel, selon le récit du Parisien, qu'a confirmé l'avocate de la plaignante, Me Laure Heinich.

Jean-Jacques Bourdin mis à pied "pour ne pas porter préjudice au fonctionnement de BFMTV et RMC"

Cette annonce intervient après que le candidat à la présidentielle Yannick Jadot ait annulé sa venue sur la nouvelle émission politique de Jean-Jacques Bourdin, La France dans les yeux. Pour rappel, le premier numéro avait vu Valérie Pécresse faire un long plaidoyer juste en face de lui :  "Présidente de tous les Français, je ne laisserais plus aucune femme avoir peur de porter plainte. La loi du silence, c'est fini, a conclu Valérie Pécresse. Je voulais dire les choses en face, parce que je suis franche et que je suis sans détour".

Après cette prise de parole, Jean-Jacques Bourdin avait tenu à réagir : "J'ai décidé de ne pas m'exprimer à ce sujet, mais je conteste les faits rapportés par la presse et je laisse la justice faire son travail". Le groupe Altice Media, propriétaire de RMC et BFMTV, avait lancé de son côté une enquête interne sur les faits allégués dès le lendemain de la plainte. "Nous suivons avec la plus grande attention les éventuels développements de cette affaire et nous prendrons toutes les mesures qui pourraient s'imposer en fonction de son évolution", pouvait-on lire dans un communiqué. C'est donc désormais hors antenne que le journaliste emblématique du groupe RMC va devoir attendre que la justice fasse son travail.

Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis
Jean-Jacques Bourdin © Jack Tribeca
Jean-Jacques Bourdin © Jack Tribeca
Jean-Jacques Bourdin © Jack Tribeca
Jean-Jacques Bourdin © Jack Tribeca
Jean-Jacques Bourdin © Jack Tribeca
Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis
Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis
Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis
Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis
Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis
Jean-Jacques Bourdin © Christophe Clovis