Cédric Jubillar : comment ses avocats justifient qu'il ait avoué le meurtre de Delphine à plusieurs reprises 

Emmanuelle Franck s'est confiée sur l'antenne de BFMTV ce dimanche 23 janvier. Elle a évoqué les aveux de son client, Cédric Jubillar.

Cédric Jubillar : comment ses avocats justifient qu'il ait avoué le meurtre de Delphine à plusieurs reprises 

Une explication logique ? Delphine Jubillar est introuvable depuis le 16 décembre 2020. La jeune femme a disparu à Cagnac-les-Mines dans le Tarn, sans laisser de traces. Malgré une enquête qui a rapidement été ouverte et qui se poursuit à ce jour, aucun élément n'a permis de découvrir ce qui a pu lui arriver. Le principal suspect est son époux, Cédric Jubillar, mis en examen pour "homicide volontaire sur conjoint" en juin dernier. Alors qu'il ne cesse de clamer son innocence, le père de famille se serait confié à sa nouvelle compagne Séverine mais aussi à ses codétenus. Des aveux qui font beaucoup parler et que son avocate, Emmanuelle Franck, a souhaité expliquer. Sur l'antenne de BFMTV ce dimanche 23 janvier, elle a apporté des précisions. "En réalité, rien de nouveau et rien d'exceptionnel", a-t-elle assuré. La raison ? "Il avait déjà indiqué cela à sa compagne dès le mois de juin. Elle lui posait de manière assez pressante la question que tout le monde se pose à savoir s'il a tué ou non Delphine Jubillar". Selon les propos d'Emmanuelle Franck, son client en aurait simplement eu marre qu'on lui pose ce genre de questions. "A force de lui répondre qu'il n'a rien fait et qu'il est innocent, il avait fini par lui dire, sur un ton ironique que l'on peut discuter bien sûr, qu'il avait tué et enterré Delphine dans la ferme qui a brûlé", a conclu l'avocate. Des propos pris très au sérieux par les enquêteurs.

Elle ne comprend pas. Sur l'antenne de BFMTV, Emmanuelle Franck indique que Cédric Jubillar s'est désigné comme responsable de la disparition de son épouse puisqu'il en avait marre d'être pointé du doigt. "Il semblerait qu'il ait fonctionné de la même manière avec son codétenu puisqu'on le sait que tous lui demandaient de manière incéssante s'il était l'auteur ou non, du meurtre de sa femme", a affirmé l'avocate. Par la suite, elle a rappelé que la ferme n'était pas un élément inconnu des enquêteurs. "Ils avaient mobilisé des moyens au moins de juin. La ferme a déjà été fouillée. Le codétenu s'est exprimé en octobre et je suis étonnée qu'on attende mi-janvier pour revenir sur cette ferme brûlée", a-t-elle assuré. Selon Emmanuelle Franck, les propos tenus par Cédric Jubillar dont ceux "d'un homme stressé par les accusations qu'il finit par considérer comme absurdes", a-t-elle déclaré avant d'ajouter : "Il clame son innocence depuis le début et il ne comprend pas qu'on continue à s'acharner et peut-être répond-il à cette absurdité par un comportement absurde". Si le père de famille a simplement été lassé de toutes ces accusations, les enquêteurs ont, de leur côté, pris ses propos très au sérieux. Pour eux, ceux-ci sont une raison suffisante pour poursuivre son incarcération et refuser ses nombreuses demandes de remise en liberté.

Delphine Jubillar : la ferme est-elle un lieu idéal pour cacher un corps ?

Lorsqu'il s'est entretenu avec ses codétenus, Cédric Jubillar a mentionné la ferme, affirmant qu'elle a brûlé mais aussi qu'il s'agit de l'endroit où il a caché le corps de son épouse. "Il va dire cela à son codétenu et aujourd'hui, c'est monté en épingle et on fouille cette endroit", a expliqué Emmanuelle Franck avant d'ajouter : "Je ne sais pas si c'est un lieu idéal mais il serait question d'un autre véhicule que celui de Delphine Jubillar utilisé pour transporter son corps, selon les révélations du codétenu". Pour rappel, Marco, le codétenu, a mentionné une voiture blanche qui aurait transporté le corps de l'infirmière de 33 ans. Ce que déplore l'avocate ? "Encore aujourd'hui, Delphine Jubillar n'a pas été retrouvée, c'est tout ce que je sais. C'est bien  normal qu'il y ait des investigations, il faut continuer de chercher la jeune femme", a-t-elle conclu. Qu'est-il arrivé à Delphine Jubillar ?

Cédric Jubillar © W9
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook
Cédric Jubillar © Facebook