“Arrêtons d'en parler” : le coup de sang de Pascal Praud sur le plateau de l'Heure des pros

Pascal Praud a perdu son sang froid sur le plateau de l'Heure des Pros ce jeudi 25 novembre. Le journaliste a souhaité mettre fin à un débat qui prenait de l'ampleur.

“Arrêtons d'en parler” : le coup de sang de Pascal Praud sur le plateau de l'Heure des pros

Il en avait marre. Depuis plus d'un an, les français vivent avec l'épidémie de Covid-19 et les nombreuses restrictions mises en place par le gouvernement pour éradiquer le virus. La pandémie est un sujet qui est très commenté par les chaînes d'information. Toutefois, il arrive parfois qu'un débat s'éternise et que celui-ci n'ait plus aucune utilité pour les téléspectateurs. C'était le cas dans l'Heure des Pros ce jeudi 25 novembre. Face à ses invités, Pascal Praud a rapidement souhaité changer de sujet et il n'a pas hésité à le faire savoir. "Allez, on a eu ces conversations dix mille fois", a-t-il d'abord lancé. Par la suite, il a donné la parole à Charlotte, positive au Covid-19 et qui a donné son avis concernant la vaccination des enfants. "Bon, on a eu cinquante mille fois ces conversations, arrêtons d'en parler", a affirmé Pascal Praud en voyant que ses invités reprennaient le débat. "On ne peut pas vacciner toute une population d'enfants parce qu'il y a un cas positif", a-t-il conclu, ravi de passer à autre chose.

Un avis bien tranché. Quelques heures avant la nouvelle prise de parole d'Olivier Véran, le journaliste a souhaité l'évoquer dans son émission. L'occasion pour lui de mentionner les possibles nouvelles restrictions et de donner un avis bien tranché sur la question. "Olivier Véran va parler tout à l'heure et j'ai envie de dire que c'est la dernière prise de parole avant de nouvelles restrictions", a d'abord affirmé Pascal Praud. Selon lui, ce qui va être "dit aujourd'hui ne changera rien", assure-t-il. La raison ? "Le nombre de contaminations va continuer d'augmenter. Ce qui va être décidé aujourd'hui ne va pas freiner la contamination", précise-t-il. Pour le journaliste, seules quelques "mesures drastiques permettent de freiner le virus. Parmi elles, le confinement, le couvre-feu ou des choses comme ça. Il n'y a que ça", a-t-il ajouté. Alors que ses invités ne semblaient pas partager le même avis, le journaliste a déclaré : "Vous le savez aussi bien que moi. Il y avait couvre-feu jusqu'à 21h, on s'en souvient bien, j'ai mangé des pommes noisettes chez moi pendant six mois", a-t-il conclu. Une petite blague qui a détendu le plateau.

Olivier Véran : que va-t-il annoncer lors de sa prise de parole ?

Face à la menace grandissante de la cinquième vague de Covid-19, le gouvernement s'est réuni lors d'un conseil de défense sanitaire. Selon les premières informations, il semblerait qu'Olivier Véran annonce l'accès à la dose de rappel élargie à l'ensemble de la population. Celle-ci pourra être réalisée cinq mois après la dernière injection, et non plus six mois comme aujourd'hui. Il y aura également la validité des tests PCR qui sera réduite à 24 heures et le port du masque à nouveau obligatoire dans les établissements recevant du public. Avec ces nouvelles mesures, le gouvernement souhaite éviter les couvre-feux et confinements.

Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews
Pascal Praud © CNews