AFFAIRES OUBLIÉES. L'affaire Dian Fossey, cette scientifique renommée morte par amour pour les gorilles

Connue pour son engagement pour la protection des gorilles de montagne, la primatologue Dian Fossey a été retrouvée morte le 27 décembre 1985 au Rwanda. Retour sur cet assassinat mystérieux sur fond de trafics de primates...

AFFAIRES OUBLIÉES. L'affaire Dian Fossey, cette scientifique renommée morte par amour pour les gorilles

Au Rwanda, elle était surnommée Nyiramachabelli ("La femme qui vit seule dans la montagne"). Le 27 décembre 1985, dans les montagnes des Virunga, Dian Fossey, primatologue américaine spécialisée dans l'étude du comportement des gorilles, est retrouvée morte par un cuisinier dans sa petite hutte du camp Karisoke. Après s'être défendue, la scientifique de 53 ans a été abattue de six coups de panga dans la tête. L'un d'eux lui a fendu le visage. Sous son corps, les policiers retrouvent son pistolet inutilisé. Ils constatent également qu'une plaque en tôle manque au mur de la hutte. Le meurtrier de Dian, visiblement connaisseur des lieux, s'est introduit directement dans sa chambre à coucher...

Les enquêteurs écartent rapidement la thèse d'un vol qui aurait mal tourné. En effet, aucune des possessions de Fossey n'ont été dérobées, pas même les quelques milliers de dollars en chèques de voyage qu'elle conservait. Convaincue qu'il s'agit bien d'un meurtre prémédité, la police interpelle tous les membres de l'équipe de la primatologue, y compris Rwandan Emmanuel Rwelekana, un traqueur qui aurait tenté d'assassiner Fossey à la machette après avoir été remercié quelques mois auparavant. Un à un, les proches collègues de la quinquagénaire sont interrogés, puis relaxés. Seul Rwelekana ne sortira jamais de prison, s'étant donné la mort par pendaison pendant son incarcération...

Dian Fossey : 35 ans de mystère

L'équipe de Fossey innocentée, les enquêteurs s'intéressent à ses activités. Ils découvrent que dans sa lutte pour la protection des gorilles, la primatologue était en guerre avec un certain Protais Zigiranyirazo, préfet de Ruhengeri soupçonné d'être à la tête d'un trafic de primates. La police le soupçonne d'avoir commandité le meurtre de Fossey, mais ne réussira jamais à le prouver... La piste de Wayne McGuire est également étudiée. Ex-assistant et ami de Fossey, McGuire est soupçonné d'avoir assassiné son mentor pour lui dérober le manuscrit la suite de son roman Gorilles dans la brume, publié en 1983. Insatisfait de ses propres recherches, McGuire était, selon les enquêteurs, "prêt à tout" pour arriver à bout de son travail. Wayne McGuire a toujours nié son implication dans le meurtre de Dian Fossey, et celle-ci n'a jamais été prouvée. Il fût néanmoins condamné à mort par balle par la Cour de justice rwandaise, mais étant retourné aux États-Unis dès 1987, ne reçut jamais sa sentence.

Trente-cinq ans après l'assassinat de Dian Fossey, son meurtrier n'a jamais été formellement identifié. La scientifique est aujourd'hui reconnue comme une pionnière de la protection animale et l'une plus grandes primatologues de l'histoire, notamment de par ses recherches précieuses et son engagement pour la protection des gorilles. Son livre, Gorilles dans la brume, a fait l'objet d'une adaptation cinématographique en 1988. Fossey y est interprétée par l'Américaine Sigourney Weaver. La primatologue, elle, repose auprès de ceux qu'elle aimait, dans le cimetière de Karisoke qu'elle avait elle-même fait construire pour les gorilles. Un mois avant sa mort, elle avait d'ailleurs déclaré : "Je veux être enterrée ici, dans le cimetière où reposent mes gorilles."

Dian Fossey © National Geographic
Dian Fossey © DR
Dian Fossey vivait dans une hutte du camp Karisoke © Pixabay
Dian Fossey a été abattue avec une machette © Pexels
Un gorille © Pexels
Un gorille © Pexels
Un gorille © Pexels
Un gorille © Pexels
Sigourney Weaver © Action Press
Sigourney Weaver © OLIVIER BORDE
Sigourney Weaver © Zuma Press
Un gorille © Pexels